TERRA TRIBUTA   
  • EN
  •    
    POURQUOI SUIVRE SES RÊVES ?
    ALLER À LA DÉCOUVERTE DE SOI
  • EN
  •      
    Documentaires
    Livres
    Conférences
    Expositions
    Décorations murales
  • EN
  •      
    Notre histoire
    Nos collaborateurs
  • EN
  •      

    TERRA TRIBUTA

    RÊVER
    EXPLORER
    PARTAGER
    À propos
    Nous joindre
  • EN
  •      
    ABONNEZ-VOUS
    À L'INFOLETTRE
    Conditions Générales d'Utilisation
    Politique de Confidentialité
    Politique de Remboursement

    EXPLORER

    Femelle lion de mer assoupie sur le sable d'un sentier bordé de fleurs jaunes.
    Cette espèce de lion de mer endémique de Nouvelle-Zélande s’avère l’une des plus rares au monde. Voici une femelle assoupie sur le chemin menant à la plage Allans.

    Péninsule Otago, un sanctuaire de biodiversité en Nouvelle-Zélande

    Il y a quelques années à peine, cette femelle lion de mer avait les mêmes droits qu’un bien meuble ! Depuis 2015, un changement positif a eu lieu dans plusieurs pays dont la Nouvelle-Zélande, la France et la province du Québec. 

    N’en déplaise à la théorie de Descartes, les animaux ne sont plus des machines sans âme. Car plusieurs lois attestent dorénavant que ces créatures sont considérées comme des « êtres doués de sensibilités » ayant des « impératifs biologiques ». Enfin ! Peu de pays ont fait ce pas, mais c’est tout de même une avancée fondamentale et indispensable vu la quantité d’espèces animales et végétales en voie d’extinction. Située sur la côte Est de l’île du Sud, la péninsule Otago s’avère un véritable sanctuaire de la biodiversité pour de nombreuses espèces.

    Une femelle lion de mer dort en plein milieu du chemin de sable menant à la plage Allans.
    La femelle lion de mer mesure près de deux mètres de long et pèse environ 150 kg, le mâle lui dépasse les trois mètres et quelque 400 kg.

    En fin de journée, un mâle lion de mer se prélasse sur le sable.
    Caméra à la main, j’admire ce mâle lion de mer en train de rouler sur lui-même avec grâce. En fermant ses paupières, il se frotte la tête dans le sable, se redresse puis me jette un regard avant de poursuivre ses jeux.

    Un manchot à oeil jaune marche sur un petit sentier entouré de lupins jaune.
    Espèce unique à la Nouvelle-Zélande, la population du manchot à oeil jaune diminue année après année et cette espèce de manchot figure parmi les plus rares au monde.

    Un petit manchot bleu.
    Le petit manchot bleu mesure un peu plus de 25 cm et pèse environ un kilo. Les nids sont souterrains, mais avec le développement côtier important, ils nichent parfois sous les maisons et les hangars à bateaux. Certaines personnes construisent même des boîtes en bois faisant office de nid pour le plus petit manchot du monde.

    La tête pointée vers le ciel, une otarie à fourrure se prélasse au soleil les yeux fermés.
    J’ai toujours confondu les phoques et les otaries jusqu’à ce que je réalise que les phoques n’ont pas de pavillons auriculaires. Seules les otaries ont des oreilles visibles ! Les otaries à fourrure s’observent un peu partout au pays sur les rivages rocheux.

    L'huîtrier variable est un oiseau côtier tout noir avec un long bec orange vif.
    Comme l’huitrier variable se nourrit de mollusques et de crustacés, cet oiseau côtier s’observe régulièrement sur les plages de Nouvelle-Zélande.

    Pour en savoir plus : liens vers le Department of Conservation

    This function has been disabled for .

    TERRA TRIBUTA

    ABONNEZ-VOUS
    A L'INFOLETTRE